En recuerdo de Mostafá Aicha Rahmani.

LE FRONDEUR ET LE MÉTÉORE

A Mustafa Aïcha, en hommage
Par : José Zugarrondo
Córdoba - Argentina

Petit pluie devint rosée. Dorénavant point de partage auprès des fontaines pas plus que de chemin en aval. Seul le cris millénaire sur les pas des portes. Puis la nuit, l’assoiffée, et les vantardises de l’écriture, ce souffle sec mais combien plus échancré que la lumière apathique.

Tenancier de l’espace, Mustafa Aïcha sculpta le son et partit habiter un maison immunisée contre l’haleine fétide des hommes, aux portes et fenêtres grands ouverts sur la sel de mille mers, mais enracinée dans le rythme inhospitalier de la terre et ses mille visages.

¿Comment dire la vérité crue de ceux qui creusent des Abymes et puis se démènent et oublient? Leur générosité sait bafouer la terreur de l’histoire : ils vivent, et ils le sachent, en princes d’un jour, l’unique. Point donc parmi eux de savoir de prévoyance. Être est d'exister pour eux. Leur succès tient à l’affirmation du corps vif, du corps céleste et plein dont ils ont reçu le baptême de feu. Il leur suffit, en un artisanat dont ils ont seuls le secret, de tenir au métier au jour le jour, la front en l’air, de remplir la tâche journalière assignée, car il sont somme toute ce qu’est leur action, leur chimère à eux étant de refaire les murs sans se soucier nullement de planifier des toits toujours précaires. Hommes paradoxalement de labyrinthe, car ils avoisinent les forces originaires, la poulpe de la vie et de sa charnelle présence. Solaires et lunaires à la fois, ils annoncent des métamorphoses innominées qui auront à envoûter de leur mouvance assouplissante l’univers fatalement lourd des êtres.

Mustafa Aïcha, architecte du silence, au geste frais, à l’allure sans traîne, effrita la pierre solaire et rentra fugace dans la combustion dégagée par le champs de son propre image

Et à nous de ne pas nous nous douter qu’il aura fasciné la mort basse!

Comentarios

Entradas populares de este blog

VI Encuentro Hispano Marroquí de Poesía.

Tetuaníes en Madrid, Madridistas por el mundo.

Ahmed Mgara, gana el: XII Certamen de Poesía Encuentros por la Paz de San Pablo de Buceite.